Crédits et remerciement

Quand bien même ce site est le fruit du travail d'un seul cerveau (le mien, je précise pour plus de sûreté), il n'aurait pu être réalisé sans l'apport de neurones étrangers de plein d'autruis et de pensées naissant ailleurs de part le monde qu'à l'intérieur du moi de je, fussions-nous en mai.

En bon Français, cependant, je commencerai par l'exception à la règle. Un merci sans fin de l'infini petit et grand à trois seules personnes sans qui cette aventure n'aurait jamais pu prendre corps et devenir ce qu'elle est devenue. Je veux parler de trois Martiens de la planète Vénus-sur-Seine, à la patience de Bouddha, à la générosité plus grande que celles d'Hatem et d'Attaf réunies, à l'humeur certes changeante, mais toujours amusante, et plein d'autres choses encore trop longues pour être racontées ici... je veux parler de LB des Films du Jeudi, plus connue sous le nom de Laurence Braunberger from Paris, de Florence Dauman-Argos Films from Paris two et de M. Etienne Sandrin from Paris also, but sans films. Auxquelles j'ajouterai AdC qui veut pas qu'on en dise plus.

LB

ES

FD

Pour la non exception, soit la règle, faute de pouvoir remercier nommément chacune et chacun de peur d'oublier le seul inoubliable inexcusable oubli, nous remercions anonymement chaque individu dont le travail nous a permis d'avancer dans cette longue quête sans fin, même si nous y mettrons un terme dans des jours pas si lointains.

Un grand merci donc pour les membres du ciné-club universitaire de Genève, les membres du bureau des activités culturelles de l'Université de Genève, les partenaires du projet "Spirales. Fragments d'une mémoire collective. Autour de Chris Marker", les producteurs, distributeurs, ayants droit, les galeristes, les institutions d'art, les bibliothèques et médiathèques de Suisse romande, la BNF malgré quelques petits couacs, les webmasters, les blogueurs, les critiques, journalistes, bouquinistes, donateurs, mécènes, les fous de passage, les amis et connaissances, les proches et moins proches et tous les autres, financeurs, banquiers, assureurs, bons à rien, libres penseurs, dames de petite vertu, "petit chinois" au riz sauté salutaire et tant d'autres encore que je ne saurais citer la mémoire défaillant par trop d'émotion contenue.

Un spécial merci à quelques uns et quelques unes qui sauront sans aucun doute se reconnaître, pour leur aide précieuse et leur soutien indéfectible.

Et enfin, le plus élémentaire des mercis à M. Christian Bouche-Villeneuve, alias Chris Marker, pour avoir créé un oeuvre aussi incroyable que merveilleux, plein d'ironie et d'humour, et source de réflexions toujours renouvelées.

Christophe Chazalon