Maytreck 68

A l'occasion de la rétrospective de la Cinémathèque proposée en mai 2018, Jean-Michel Frodon et le journal Le Monde ont décidé, le 30 avril 2018, de publier conjointement un projet de Chris Marker alors inédit: Maytreck 68 - Outline découvert dans les archives d'Argos Films à l'Institut Lumières de Lyon.
Il s'agissait pour Marker de commémorer les 20 ans de Mai 68 en mêlant, suivant son humour habituel, l'Histoire et la fiction, à savoir la série Star Treck et les évènements de 68 à Paris.
Nous nous permettons, pour la postérité, de reproduire ici ce document (sans les photos jointes par le quotidien), regrettant un peu, d'une certaine manière, que ce projet, comme tant d'autres, soit rester à l'état de projet.​

« 22 JUL 86

Maytrek 1968 – Outline

Pour les infortunés qui ne sont pas familiers de l’univers STAR TREK, quelques mots d’introduction sont nécessaires.

STAR TREK, série culte de la télévision américaine, et qui a donné naissance à trois longs-métrages de cinéma, met en scène l’équipage d’un vaisseau spatial, l’Enterprise, parcourant la galaxie à la recherche d’aventures bigarrées. Le capitaine Kirk, son second Mr. Spock (un Vulcain aux oreilles pointues), le docteur McCoy, les lieutenants Tchekhov et Zulu (un Japonais, car l’aspect multiracial du futur est soigneusement entretenu) sont devenus des personnages légendaires aux Etats-Unis. Leonard Nimoy, qui joue Mr. Spock et se trouve souvent en position de prendre le commandement à bord de l’Enterprise, s’est à ce point identifié à son rôle qu’il a tenu à mettre en scène lui-même le troisième des longs-métrages précités.
Une des situations classiques de la série consiste à mettre les aventuriers en face d’une planète inconnue, dans un coin du système solaire, où se déroulent des événements bizarres. Un personnage dominant, souvent du type savant fou, médiatise le conflit qui s’ensuit, toujours évidemment résolu par la victoire des forces du bien sur le désordre qui s’était instauré. Quelquefois la planète en question ressemble à la Terre, quand ce n’est pas la Terre elle-même, surprise dans un autre repli du temps par l’application plus ou moins cohérente du paradoxe de Poincaré. On a vu ainsi le Capitaine Kirk affronter des gangsters de Chicago pendant la prohibition, et même se trouver en présence du sabotage d’une fusée spatiale à Cap Kennedy… en 1969.
Je suppose qu’on a compris où je voulais en venir. Un faux épisode de STAR TREK, où le jeu temporel fait débarquer nos héros à proximité de la terre en mai 1968, où ils suivent les événements de Paris sur leurs moniteurs de télévision, où ils appellent (par « télétransportation ») certains des protagonistes à venir leur expliquer ces péripéties auxquelles ils ne comprennent goutte, me paraît une manière possible de contourner les pièges évidents d’un film-commémoration de Mai 68.
Ni montage de documents, déjà fait à plusieurs reprises, y compris par moi-même, ni défilé de témoins (projet réalisé pour FR3 par Daniel Cohn-Bendit), ni fiction ou parafiction à la Romain Goupil : un module familier aux jeunes spectateurs (c’est surtout à eux que je pense) traité volontairement sur un ton de légère parodie, ce qui n’empêche nullement d’y glisser des thèmes graves, posant comme hypothèse de départ un éloignement et une ignorance du sujet qui ne doivent pas être très différents de la vision de ces jeunes spectateurs, la possibilité d’utiliser les écrans de contrôle comme support de documents réels, mais aussi les personnages de science-fiction comme porteurs d’ellipses et de résumés périodiques (les fameuses « fins de chapitre » qui précèdent les pubs dans les séries classiques »), tout cela me paraît – à condition de le réussir bien sûr – un gage de liberté.
Un autre avantage est que, STAR TREK étant à l’origine une série fauchée (ce qui fait partie de son charme), sa reconstitution ne poserait pas de très gros problèmes budgétaires : un studio, ou un hangar aménagé avec une naïveté concertée en vaisseau spatial de fiction, utilisant des téléviseurs, de petits ordinateurs et même des gadgets électroniques courants comme s’ils étaient des objets de haute technologie, quelques trucages élémentaires faisant voler dans un espace à la Méliès des ustensiles électroménagers sur fond de rugissements synthétisés, des documents choisis pami ceux dont nous pouvons disposer gratuitement ou à bas prix… Pour situer les frais : environ une semaine de tournage 16mm en studio ou local préparé, cinq ou six jeunes acteurs et quelques seconds rôles, le reste est affaire de bonne organisation préalable et d’imagination.
J’ajoute que je verrais fort bien André Dussolier dans le rôle du Capitaine, et dans celui du savant fou: Cornelius Castoriadis, qui n’aurait même pas à changer de nom. Bien entendu, le projet n’étant qu’à sa toute première phase, ils ne sont ni l’un ni l’autre au courant de ces hypothèses, mais des raisons de penser que la curiosité et le goût de l’aventure professionnels de l’un, le sens de l’humour de l’autre, ne rendent pas lesdites hypothèses totalement absurdes. »

Chris Marker, cinéaste

haut